Ultime voyage à Rome, retour à Dieu - fraterstbenoitlabre

Aller au contenu

Menu principal

Ultime voyage à Rome, retour à Dieu

St Benoît Labre, le "mendiant étincelant"
Il priait jour et nuit, dans les temples où le très St Sacrement était exposé à la vénération - photo f.l.

... Les années passent, la chair de ses genoux est à vif, il est devenu diaphane. Le «Saint des Quarante Heures», le «Page de l’Eucharistie», celui dont le pèlerinage extérieur ne donne qu’une vague idée de l’immensité, de l’intensité de la rencontre intérieure, finit par se fixer à Rome. La ville, avec ses multiples églises, basiliques et chapelles n’est-elle pas en elle-même un territoire où rendre grâce et accueillir ? La misère, les dérives et l’exclusion, les errances et les multiples dénuements n’entourent-ils pas Benoît, visibles à travers tant de regards inquiets, sensibles par tant d’attitudes frileuses ou désespérées ?

Benoît, revenu dans la cité avec un œdème des jambes, est admis à l’hospice qui jouxte l’église Saint Martin des Monts ; acceptant, pour une fois, d’être soigné, il est sur pied au bout d’un mois.

A 31 ans, il retrouve, pour la première fois, ce qu’il avait connu à Sept Fons : une vie communautaire, douze compagnons, aussi démunis que lui. L’ambiance n’y est a priori, ni à l’esprit d’adoration, ni à la tendresse fraternelle.

Heureux qui pense au faible et au pauvre, il obtiendra miséricorde - Ps 40, 2 - photo Magnificat

Benoît est malmené, moqué, insulté ; cependant, il s’intègre totalement à cette vie communautaire, assumant les tâches qui lui sont imparties, et se pliant, sans problèmes, au règlement interne. Il entraîne ses compagnons d’errance à prier aux temps prescrits, avec la même fidélité que celle qu’il montre à rendre les divers services. S’il passe ses journées en allant se recueillir d’église en église, en redistribuant les quelques victuailles reçues à la porte de tel ou tel couvent, comme les quelques piécettes qu’on l’oblige à accepter, à ceux qu’il estime plus indigents que lui, on le retrouve, chaque soir, à l’heure exacte, aux portes de l’hospice.

Bien que ne se sentant "d’aucune paroisse", puisqu’il est de toutes, il instaure un lien privilégié avec l’église Sainte Marie des Monts dans laquelle il passe des heures, à genoux, face au Saint Sacrement. Au point de finir par être connu et reconnu dans le quartier. La beauté de son visage, la force spirituelle qui émane de son attitude, lors de ses longs temps d’adoration, vont le faire remarquer de deux peintres : un compatriote lyonnais, pour qui Benoît finira par accepter d’être "croqué", puisque cela lui rend service, et à condition de ne pas être payé. Et plusieurs mois plus tard, le célèbre peintre Antonio Cavalucci qui, se cachant dans l’ombre au fond de l’église, fixera les traits de Benoît et tout ce qui en émane, avec le génie qui lui est propre.

Ceci expliquera qu’au début du XXème siècle, le peintre Maurice Denis, l’un des pères du mouvement "Nabis", demandera que Benoît-Joseph puisse devenir aussi le Patron des modèles pour les artistes, comme il l’était déjà des chemineaux et des exclus, des adolescents en difficulté et des prisonniers, des brancardiers de Lourdes et des marginaux.

Printemps 1783 : Benoît a une mauvaise toux ; il souffre des bronches et respire difficilement. De plus, une dysenterie ne cesse de l’affaiblir ; les ravages de la maladie marquent son aspect physique de manière inquiétante. Il est devenu squelettique.

De même que les Sori sont pour lui un lieu d’accueil et de réconfort à Lorette, la famille Zaccarelli tient un rôle identique à Rome. Voici plusieurs années qu’il accepte l’hospitalité du boucher et de sa femme, avec les réserves d’usage de n’être nourri que des restes et de ne point recevoir d’argent.

Nous nous trouvons en Carême ; ses amis craignent pour lui, le voyant chanceler à chaque pas et n’avancer qu’en se tenant aux murs. Passant outre, Benoît se fait très présent aux offices de la Semaine Sainte. Le mercredi 16 avril, et peut-être pour la première fois, il formule un souhait précis : échanger la branche sur laquelle il s’appuie pour un bâton suffisamment solide, afin de se soutenir, et c’est ainsi qu’une nouvelle fois il arrive à Sainte Marie des Monts.

Ruisselant de transpiration et livide, il "entend" deux messes qu’il poursuit, selon son habitude, d’une profonde oraison. Brutalement pris de vertige, il vacille et se laisse tomber sur un banc, avant de se reprendre et de sortir. A peine se trouve-t-il sur le seuil, qu’il s’effondre à nouveau ; beaucoup se précipitent pour lui porter secours et le conduire à l’hôpital. Benoît refuse, mais accepte la proposition de son ami Zaccarelli d’aller se reposer chez lui.

C’est là, qu’allongé sur un grabat, Benoît va rendre son âme à Dieu dans une grande douceur. A cet instant précis, toutes les cloches de Rome invitent au chant du Salve Regina. Benoît venait d’avoir 35 ans.
L’annonce de sa mort se répand comme une traînée de poudre. De bouche à oreille, les enfants courent la ville, annonçant : « Le saint est mort, le saint est mort 
! ». Nombreux sont ceux, en effet, qui se bousculent pour toucher son corps, s’emparer d’une parcelle du vêtement de celui que les Romains appelaient : « le petit saint français ».

Tombeau de St Benoît Labre - Sainte Marie des Monts - Rome - photo f.l.

Son corps est transporté à Sainte Marie des Monts, dans le crépitement des applaudissements. Il faut faire appel aux gardes corses, chargés de la sécurité, pour contenir l’enthousiasme parfois excessif de la foule. Celui-ci est tel que les offices du Carême doivent être provisoirement interrompus, compte tenu du tumulte. Le soir de Pâques, le corps de Benoît-Joseph sera déposé dans son tombeau. Il faudra, pendant des semaines, protéger celui-ci ; les miracles se multiplient. A Rome, dans toute l’Italie et dans de multiples pays...


(Biographie rédigée à l’Hospice du Grand Saint-Bernard,
en la fête de la Transfiguration,
le 6 août 2002.)


Retourner au contenu | Retourner au menu